Cohérence, deux

Le soleil est de retour sur mon île anglo-normande, et je m’apprête donc à partir me balader au grès des Liberty Bus.

Je m’aperçois que j’ai vraiment, vraiment, beaucoup de difficultés à ralentir. J’ai la tête occupée par l’article auquel il faut que je travaille, mais je ne parviens pas à m’y mettre. Je vais de site historique en musée, sans parvenir à me poser à une terrasse ou sur un coin de plage et à juste glandouiller.

Je suis pourtant assez dilettante de nature, mais là, je ne sais pas, cela se bouscule dans ma caboche: ma situation professionnelle, est-ce que j’aime vraiment mon métier?, les inquiétudes financières (oui, je pense que j’aimerai plus ce métier quand on me versera régulièrement l’argent que l’on me doit. Je sais, je suis bassement matérialiste ;-)), les hommes, la vie, la trentaine, et ma balance contrariante.

Car oui, je suis contrariée par mon pèse-personne.

Il y a un an, j’ai commencé à consulter le docteur Z. En novembre, il m’a conseillé de me peser, ce que je ne faisais plus depuis des mois. J’ai acheté une balance, je suis montée dessus, et j’ai tenté de ne pas paniquer en voyant le nombre qui s’affichait.

Et puis, petit à petit, le déclin s’est amorcé. 13 kilos en moins, en neuf mois.

J’ai douté de la réalité de la perte, si facile, en mangeant ce que je veux. J’ai donc tenté de monter sur la balance avec deux bouteilles d’eau dans les mains, pour voir si la balance voyait la variation: elle la voyait. Je me suis donc décidée à la croire.

J’ai acheté de nouveaux pantalons: les chinos du monop, que j’achetais en 48, désormais en 46.

J’avais pris mes mesures, pour des commandes en ligne. Elles me disent que j’ai perdu 4 cm de tour de mollet (merci les mesures pour duoboots^^), de tour de hanche et de taille.

Sauf que ma balance est tombée en panne. J’ai changé les piles, elle refuse de se rallumer.

J’en ai donc racheté une, dans le bazar du coin.

Et là, le drame. Horreur et damnation, enfer et styx: cette salope de balance m’ajoute 10 kgs par rapport à la dernière pesée, sur sa prédécesseur.

Panique.

Peut-être n’ai je pas maigri?

Est-ce que je me pourrais pas me mentir à moi même à propos des vêtements dans lesquels je flotte? La modification de mes mensurations est peut être due à mon imprécision en mesurant! D’ailleurs, les gens me disent peu que j’ai maigri!

Paumée, donc. Hâte de revoir le dr. Z pour lui en parler…

Heureusement, il y a une chose dans ma vie dont je ne peux douter: l’incroyable sens de l’humour de mon boss. Qui, selon l’une des autres collab, qui vient de m’envoyer un mail, envisagerait de partir en vacances à Miami. Alors qu’il doit à chacune de ses collab quelques milliers d’euros, soit disant pour cause de difficultés financières. Comme dirait l’autre, où y a de la gêne, y a pas de plaisir. Et les cons, ça ose tout, c’est même à cela qu’on les reconnait, ma bonne dame!

Publicités

Une réflexion sur “Cohérence, deux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s